lundi 23 janvier 2017

J'AI LU : EON ET LE DOUZIEME DRAGON



Eon et le Douzième Dragon
Alison Goodman
Gallimard Jeunesse
Fantasy


Sous l'autorité de son maître Brannon, le jeune Eon, douze ans, s'est durement entraîné à manier le sabre et à maîtriser les figures magiques malgré son handicap suite à un accident dont il lui reste peu de souvenirs. Il espère être choisi comme apprenti Oeil du Dragon par l'un des Douze Dragons énergétiques protecteurs d'une Chine Impériale et imaginaire. Eon possède déjà un grand pouvoir, il voit les 12 Dragons, invisibles pour les autres, son pouvoir pourrait devenir inimaginable s'il était choisi. Mais Eon porte un dangereux secret. Il est en réalité Eona, une jeune fille de seize ans que Brannon fait passer pour un garçon. Si ce secret est découvert, elle mourra. Plongée dans un monde flamboyant, rempli de traîtrises, de fausses identités, d'alliances incertaines, de manifestations magiques, d'amitiés loyales, Eon est au coeur d'une lutte à mort pour le trône impérial. Avec l'aide de ses amis, qu'elle rencontrera au fil de l'histoire, trouvera-t-elle la force de combattre ?



MON AVIS : 

J'ai a-do-ré ! Rien à voir avec la lenteur du Clan des Otori de Lian Hearn, (oeuvre à laquelle on compare par erreur cet ouvrage), chez les Otori je me suis un peu ennuyée, et j'ai carrément baillé sur le trop pesant 4e tome. Dans Eon, ce roman d'Allison Goodman, le rythme de l'histoire file à toute allure sans pour autant être bâclé. Du début à la fin, on ne lâche pas le livre. On sent une progression vers un événement, mais lequel ? Que va-t-il se passer ? Va-t-on rester dans des suspicions de cour de ce Pays Impérial intemporel et imaginaire entre Chine médiévale et Japon ou... aller plus loin ? Au début on croit dur comme fer qu'Eon sera choisi et bien non ! Et puis si ! Mais pas par le Dragon Rat ! Pour quelle raison ? De qui descend Eona ? Les sabres sacrés semblent la connaitre et lui influent une puissante énergie ! Un suspens s'intensifie de page en page, on sent ourdir les intrigues sans pour autant les deviner. Malgré l'intensité de l'histoire le coté descriptif n'est pas en reste. Mais il ne lasse pas. Au contraire, on aimerait flâner en ces jardins impériaux, voir ces frangipaniers en fleurs près des étangs... J'appelle cela une réussite.
Coup de cœur donc pour cette duologie qui m'a totalement captivée, les amateurs de Fantasy et de Chine médiévale y trouvent leur compte, tant l'auteure mêle les deux univers avec brio. C'est passionnant, enchanteur, fascinant !



!
Tome 2 :
Eona et le Collier des Dieux
Alison Goodman
Gallimard Jeunesse
Fantasy



Après la mort de l’empereur, Sethon a pris le pouvoir et a fait emprisonner Lord Ido, son ancien allié. Eon, aujourd’hui Eona, est certaine que Kygo, l’empereur légitime, est toujours en vie et, avec ses amis fidèles, Ryko, Dela, Vida, elle part à sa recherche. Devenue l’œil du Dragon Miroir, Eona porte un secret sans doute plus dangereux qu’autrefois : elle ne peut maîtriser son nouveau pouvoir. Seul Ido peut lui venir en aide. Lorsqu’ils retrouvent Kygo, celui-ci comprend aussitôt le profit que l’armée de la résistance en tirerait et décide d’aller libérer Ido. Eona sera partagée entre ces deux hommes puissants qui l’attirent et auxquels elle n’est pas certaine de pouvoir faire confiance. L’armée de Kygo rejoint bientôt celle de Sethon, prête à un combat sans merci… Eona, grâce au livre rouge de Kinra, décrypte les mystères liés aux dragons. Bientôt, elle devra faire un choix: rendre la perle, leur pouvoir et leur liberté aux dragons, en se coupant à jamais d’eux, ou, comme le veut Ido, s’emparer de leur pouvoir en détruisant le royaume et les dragons. Lorsqu’Ido poignarde Kygo, le choix se fait encore plus difficile…

Une suite (et fin) légèrement en deçà du tome 1 mais digne tout de même de cette belle saga en 2 tomes.

lundi 9 janvier 2017

J'AI LU : LE DERNIER HIVER


Le Dernnier Hiver
Jean-Luc Marcastel
Editions Black Moon
Fantasy - YA

2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L’Hiver s'est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l'océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d'un monde, que reste-t-il d'autre que l'amour ? L'amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l'amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l'amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L'amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu'elle a fait des hommes ? 


MON AVIS

Je suis restée pétrie d'admiration en me plongeant dans ce roman d'une grande intelligence, véritable chef d'oeuvre d'émotion. "Un roman bouleversant et poétique, une belle histoire d'amitié, de courage et d'espoir, un cri d'amour qui redéfinit les frontières de l'humanité", comment mieux définir ce merveilleux roman dans lequel on est tout de suite emporté comme par une tempête de neige ? L'auteur a frappé fort et beau.

Une ville du Cantal, Aurillac, pour ne pas la nommer, est engloutie depuis plusieurs années sous des congères de neige et cernée par la "Malesève", cette étrange forêt carnivore recouvre la surface de la Terre lors d'un éternel crépuscule qui ensanglante toujours et encore le ciel. Le lecteur fait d'emblée la connaissance de Johan, un jeune homme à la double personnalité, puis de son frère Théo, le soldat de retour du front, de ses amis, Khalid et Fanie, ceux qui le suivront afin de retrouver, à Bergerac, l'amour de sa vie : Léa. Les quatre compagnons devront s'infiltrer au coeur de ces ténèbres malfaisantes, entre le froid polaire, la Malesève et ses rencontres, ses mystères cauchemardesques, le lecteur les suit le long des fleuves, seules voies que les mystérieux pins n'ont pas tout à fait envahies. Tout aussi haletant qu'eux, le lecteur vibre et tremble, car Jean-Luc Marcastel réussit encore la prouesse de nous happer dans sa course, de quasiment nous intégrer dans l'aventure. On reste à la fois touché et pris par l'histoire au point de se voir partager l'angoisse des héros. J'en avais le souffle coupé !

Le Dernier Hiver est avant tout une aventure humaine, Jean-Luc Marcastel a écrit la première mouture de ce roman lorsqu'il était encore adolescent. Avec une incroyable maturité, il avait compris bien des choses sur l'humanité, ses défauts et courages, ses lacunes, l'obscurantisme, ceux qui réfléchissent et ceux qui se laissent embarquer par la folie, quelle qu'elle soit, politique ou pseudo religieuse, car peu importe le nom que l'on donne aux folies des hommes, il s'agit toujours de survie de la race. Certains emploient la ruse et la cruauté, la manipulation, d'autres se servent de leur cerveau à bon escient, rares sont ceux qui écoutent leur coeur, et ne se laissent pas assujettir. 

L'auteur nous offre plus que sa magistrale plume : des valeurs, des réflexions ouvertes sur ce monde, avec l'amour et l'humanité qu'il faut pour écrire un tel roman.

dimanche 8 janvier 2017

J'AI LU ROUGE RUBIS


La Trilogie des Gemmes
Tome 1 : Rouge Rubis
Kerstin Gier
Editions Milan
YA Fantastique


Elle est le Rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.


MON AVIS : 


Gwendolyn Shepherd est une jeune fille ordinaire, (en apparence, car elle voit et parle aux fantômes tout de même !) elle suit les cours d'un lycée ordinaire et est issue d'une famille...pas ordinaire ! Après le décès de son père, Gwen a emménagé avec sa mère, son frère et sa soeur dans la grande demeure familiale d'un beau quartier londonien. Là vivent aussi son hystérique tante Glenda, sa fille Charlotte, sa grand-mère Arlita... ainsi qu'un majordome parfait. Bref, il y a du monde, du monde qui attend que le gène familial se manifeste chez sa cousine Charlotte, mais c'est chez Gwen qu'il apparaît. Isaac Newton en personne avait tout calculé...  Aussitôt tout est mis en oeuvre afin que Gwen rejoigne une société secrète qui n'attendait qu'elle pour accomplir de mystérieuses missions à travers des voyages temporels, puisqu'elle est la dernière voyageuse : le Rubis. Elle va faire équipe avec le très prétentieux Gideon de Villiers, l'autre famille qui descend, elle aussi, du mystérieux Comte de Saint Germain, le créateur des Veilleurs et du chronographe. 

On va vite être au courant que le chronographe est une substitution car le vrai a été dérobé par Lucy, un autre gemme de la famille pour une mystérieuse raison. Et si ceux que l'on croit bons n'étaient pas forcément bien intentionnés ? Si les certitudes ancestrales n'étaient pas les bonnes ?  C'est ce que je me suis demandé après avoir fermé ce tome 1.

J'ai aimé cette lecture, l'auteure a une belle imagination et le sujet du roman est original, l'intrigue également. Il y a beaucoup de personnages secondaires, au point que l'on ne se souvient pas forcément d'un physique particulier mais l'ensemble est très plaisant et laisse augurer une suite palpitante. 

Je vous souhaite une excellente année 2017, remplie de merveilleuses lectures.